25/09/2013

l'hypercommunication, le mal du XXIe siècle ? introduction...

Parce que c'est dans l'air du temps, je me suis créée un compte Facebook. Je me suis aussi créée un profil Twitter. Avant cela, j'étais inscrite sur Meetic, EDarling, et Adopteunmec.com. J'avais aussi un compte MSN pour pouvoir tchatter avec Pierre, Paul et Jacques.

Maintenant, j'ai Skype, installé pour pouvoir échanger avec mon chéri lorsque nous serons éloignés.

Poussée aux fesses par ce même chéri, j'ai créé ce blog.

Je fais mes achats sur internet et j'ai une ribambelle de login et de mots de passe dont j'ai du mal à me souvenir.

Je suis devant mon écran d'ordinateur à écrire. Vous êtes derrière le vôtre à me lire.

Physiquement, nous ne sommes pas ensemble. Nous communiquons à distance, et nous communiquons beaucoup.

Mais est-ce que nous communiquons bien ? cette question renvoyant elle-même à une autre : mais qu'est-ce bien communiquer ?

 

Ma réponse est NON, hélas, on ne sait pas communiquer. Du moins, on ne sait plus communiquer.

Communiquer, c'est transmettre des idées, des opinions, échanger, encore faut-il qu'il y en ait un pour parler, et l'autre pour écouter, puis que le récepteur et l'émetteur se comprennent.

Peut-être que l'on ne sait plus se parler, peut-être que l'on ne sait plus écouter, peut-être que l'on ne se comprend plus.

La faute à la multiplication des voies de communication et des autoroutes de l'information ? pas que... Un problème d'éducation ? je dis OUI, cent fois OUI !

Et là, je profite de cette petite note pour passer un coup de gueule à tous ceux qui parlent et qui écrivent sans prendre la pleine mesure de leurs propos, utilisant des mots pour d'autres. C'est vrai quoi ! Coup de boule aussi à ceux qui "enfermés" dans la sphère de leur cerveau, croyant bien dire les choses, pensent se faire comprendre par tout un chacun.....que nenni !

A chaque fois que j'écris une lettre, une note, un message sur Facebook, lorsque je parle, je pèse tous mes mots, je m'inquiète de leur sens, leur portée : est-ce que ce mot est approprié ? est-ce qu'il traduit bien le fond de ma pensée ? est-ce qu'il sera compris par mon interlocuteur ? est-ce que c'est le bon moment, le bon endroit pour le dire ?....et oui, je me pose toutes ces questions avant de me lancer dans un monologue, et c'est peut-être d'ailleurs pour cela que je parle si peu. Et alors vous me direz : "c'est bien beau ça, mais on ne t'entend jamais !" Sans doute, mais en mots comme en tout, qualité ne doit-elle pas être préférée à la quantité ?

J'ai pendant longtemps été quasi en admiration devant les forts en gueule, ceux qui avaient un avis sur tout, sans compter ceux qui ont un tel charisme que la bouche à peine ouverte, tout le monde reste sans voix.

Problème d'éducation disais-je.....oui, car utiliser un mot pour un autre, c'est pour moi un problème d'éducation. Je dis "Haro aux contresens" ! Qu'avez-vous fait de vos rédactions de CM2 ? Où sont passées vos listes de mots à apprendre du cours primaire ? Où sont passés Petit Larousse et Robert ? Ils doivent être en train de kiffer un clip sur MTV, ou liker une vidéo de Youtube postée par un ami sur Facebook !

Je ne vous parle même pas de l'avènement du téléphone mobile, qui suppose que chaque détenteur est censé pouvoir communiquer à n'importe quel moment. Le mot "dérangement" a pour le coup perdu de tout son sens !

Tous ces modes de communication ont permis de développer un type de langage fait de raccourcis, de symboles...admettons......mais c'est loin d'être un langage universel, partagé par tous et par conséquent, il fausse l'entendement, la communication.

Peut-être qu'il le sera un jour...en attendant, essayons de se parler avec des mots compris par tous.